07
SEP 12

Salut Marie !

J'aimais imaginer écrire ici quelques lignes sur ce roman délicieux et tendrement mélancolique d'Antoine SENANQUE et de mon été indien, et, en même temps, les créations singulières et en duo avec Eva (La thérapie pour agir, Psychanalyse et supervision, Mars et Vénus sur le divan…) me portent ailleurs et un pas plus loin sur le chemin des mésalliances fécondes et insolentes de cette rentrée.
Alors voici simplement quelques bouts des pages cornées de ce roman insolent aussi et à savourer sans attendre.

 

20
AOU 12

Tendre et loufoque

J'ai aimé tourner doucement, tout doucement, au bord des vagues et puis de la cime des montagnes, les pages de ce livre-là. C'est une histoire de l'amour et de la sensualité, du premier amour quand il dure longtemps, longtemps, au-delà des accros du quotidien et des déchirures de la vie. Avec les amours hors-piste et la mort aussi. 
C'est ironique et pétillant, tendre et loufoque. C'est Foenkinos.
L'auteur aussi de La délicatesse.

 

13
JUN 12

Douceur obscure

L'intime et l'insoutenable, la violence ordinaire et de l'enfance, les blessures secrètes et la fabrique de la folie Quand Delphine de Vigan plonge sa plume dans l'encre noire de son histoire, c'est captivant et bouleversant ; de la première à la dernière page, et au-delà.
Autopsy des liens familiaux, des fines traces et des ombres de jadis, de leurs effets secondaires et en sourdine, longtemps après et tout autour.

19
FéV 12

Freud, Jung et Sabina Spielrein

En écho au film A dangerous method, encore sur les écrans en ce moment, un article d'Élisabeth Roudinesco, historienne et psychanalyste, sur les relations singulières et complexes entre les deux fondateurs de la psychanalyse et Sabina Spielrein, amante de l'un, disciple de l'autre.

Entre Freud et Jung, entre le maître viennois et son disciple suisse, l'histoire a retenu une grande amitié, mais aussi une rupture fondamentale, à l'époque où s'élabore et s'affine l'une des plus grandes découvertes scientifiques du XXe siècle, la psychanalyse.

28
JAN 12

Les merveilles

Là, avec délice, je suis au beau milieu d'un roman vraiment étonnant : Les merveilles.
Ça commence dans le huis clos d'une famille bien ordinaire où se mêlent le barbare et l'impossible douceur, le drame et l'anamour, les prémisses de la folie.
Une histoire qui va mal finir, écrite par Claire Castillon une femme qui ressemble à une fée mutine et qui, en couverture, se montre en étrange compagnie d'un jarre. Empaillé, j'imagine !
Une auteure étonnante dont je sens que je vais savourer les autres créations d'avant et de demain.
Quelques extraits en partage ici et sans attendre la fin. 

 

04
JAN 12

L'amour médecin ?

Zurich, été 1904. Aux premières heures de la psychanalyse, Carl Gustav Jung s'apprête à tester la nouvelle méthode freudienne de la "cure par la parole" avec une patiente de dix-neuf ans, Sabina Spielrein. Mais le médecin suisse va tomber éperdument amoureux de la jeune femme, qui, guérie, deviendra psychanalyste à son tour et lui fera rencontrer Sigmund Freud, le grand maître vienois.
C'est la trame du film de David Cronenberg, en ce moment à l'affiche : 
A dangerous method.
D'après l'
œuvre de Christopher Hampton : Parole et guérison.

 

10
DéC 11

Le moine

Il y a dans mon roman familial des épisodes incroyables où les contraires se mêlent et se tourneboulent : le sang bleu et le sang noir, le noble et le modeste, le maître et l'esclave Et l'un des premiers chapitres de cette histoire s'écrit dans un dilemme douloureux et secret qui opposa le sacré et le charnel, les Ordres et le désordre
C'est pourquoi j'aime tout à la fois les diableries et les lieux divins. Et je suis aux anges quand le théâtre ou le cinéma me raconte des histoires d'ailleurs et de jadis où le bien et le mal se débattent, où l'âme et la chair ne font pas bon ménage.

 

28
NOV 11

A la renverse

« Dès son origine, l'anagramme fut un moyen d'interroger les noms mais aussi les préceptes des livres sacrés. La kabbale en fit grand usage, prêtant à cet art des vertus révélatrices. Le monde pouvait accoucher d'un démon. Aux XVIe et XVIIe siècles, ce jeu savant s'immisça dans les cours d'Europe. Entre gens lettrés et courtois, il était de bon ton de trouver dans un nom propre une flatterie délicate ou une maligne satire.
Thomas Billon, gentilhomme provençal, fut un fameux anagrammatiste. Il eut de Louis XIII une pension de douze cent livres pour amuser la Cour. Sa glore dura sans échec jusqu'à ce que le poète Colletet y vînt porter atteinte par une moquerie, tenant "que tous ces renverseurs de noms ont la cervelle renversée". Hélas la sienne était bien trop d'aplomb ; l'histoire l'oublia.
Galilée, quant à lui, communiquait sous forme d'anagrammes certaines de ses découvertes ; c'était là un moyen de s'assurer la priorité de ses observations tout en les entourant de mystère. Enfin, la coutume s'établit, pour les écrivains et les artistes, de signer leurs œuvres par l'anagramme de leur nom.

Alors, l'anagramme ? Art divinatoire ? Art du compliment ? de la satire ? du secret ? En tout cas, une fiole de folie, c'est certain. »

C'est la préface d'un petit livre délicieux, écrit par un physicien et un jazzman, découvert ce week end chez la marchande : Anagrammes renversantes ou Le sens caché du monde, Étienne Klein et Jacques Perry-Salkow.

Comme un voyage à travers les sciences, l'histoire et les arts…

 

25
OCT 11

Instants d'âme

Papier de soie plié sur le vélin de velours, ruban d'or entre les doigts de la marchande de livres, j'ai aimé m'offrir cet autre livre de Christian Bobin : Un assassin blanc comme neige.

C'est un livre sans histoires. Juste des instants d'âme, lumineux et éphémères. Des minutes vagabondes.
Un merle qui file entre le rosier de bois noir ; la pluie qui joue au clavecin ; une femme d'affaires qui se défait enfin du chic et du lisse ; un lièvre soûlé par le parfum de la menthe au paradis
"L'ivresse de goûter à une vie dont chaque instant est sans modèle."

Tour à tour, avec ravissement et mélancolie, Dieu, la mort assassine, Bach, Matisse, les saints se faufilent entre les lignes. Mais celui qui dialogue avec les anges nous prévient : "Je parle si souvent de Dieu qu'on va finir par croire que je le connais."

 

09
OCT 11

Traces d'enfance

Sur le chemin de l'atelier, il y a aussi une galerie d'art dans laquelle j'aime parfois m'arrêter.
Et, en ce moment, s'exposent de drôles de bonshommes, un peu biscornus, un peu déglingués, qui semblent venus tout droit de l'enfance.
Parce que pour leur auteur,
Jean-Claude TARDIVO, « les premières traces laissées par un enfant, inscrites en mémoire fondamentale, sont la genèse d'une démarche artistique en promesse d'exister. »
Et
parce que ces traces-là nous suivent à jamais comme une douce lumière.


05
OCT 11

Un petit livre angélique

Un autre livre découvert avec bonheur sur le chemin de l'atelier. Un livre qui s'ouvre sous le souffle d'un ange et qui porte entre ses pages la douceur inouïe du murmure d'une femme à son enfant. Cette femme c'est Marie, simple jeune femme juive fiancée à Iosef…

"En ces jours de fin d'été, avant les noces, j'expose mon corps au soleil sur le toit au premier matin, sous prétexte de retourner les figues mises à sécher. Je découvre mon ventre pour que la lumière lui parvienne à travers moi. Je lui en parle : « C'est cette lumière qui t'attend au dehors. Elle ne sert pas seulement à voir loin, c'est aussi de la chaleur. Tu sens la vague qui nous recouvre tandis que nous sommes allongés ? Elle se nomme soleil. Mes yeux n'arrivent pas à le regarder, mais les tiens oui, protégés par l'eau de mon ventre. »" p. 38

 

17
SEP 11

Brodé au point de grâce

Nabaltar, le soigneur de fauves, a les arbres ; Zeppo, le clown, les albums de photographies ; et Hésior, le magicien, les histoires de sang.
Et, entre eux, il y a Mira. Une femme de l'air. Faite pour s'envoler.
Au point de croix et de grâce, au fil de soie, Jeanne Benameur brode autour d'eux une histoire d'âme. L'histoire de l'amour et de la mort.
Ça se lit comme on marche en sous-bois, là où la terre est si tendre. Silencieuse. Là où rien ne gêne pour contempler.


29
AOU 11

Charnel et animal

À l'ombre des larmes du saule, à fleur d'eau près du moulin, une coccinelle en pèlerinage zigzague entre les mots de ce livre de l'été. Comme si, à pas comptés, à pas menus, elle m'invitait à retrouver un bonheur d'enfance : lire du bout du doigt.

Et ce livre-là parle de la joie sacrée de tracer les premières courbes,
les premières lettres sur les cahiers de l'enfance. Une joie sacrée et un tourment aussi. Un tourment quand le savoir et l'école menacent le lien entre l'enfant et la mère. Ce lien-là, charnel et animal, vorace et exclusif, n'a besoin ni de lettres ni de mots.

Jeanne BENAMEUR est une artiste dentellière qui brode chaque mot, chaque phrase, sur des pages en vélin.