02
OCT 14

Ca chauffe dans mon codir

Après ses vacances, elle est revenue une, deux et trois fois. Mais ça fait deux semaines qu'elle ne vient plus. La première fois, elle m'a envoyé un texto : "C'est la crise dans mon codir, ça chauffe ; alors je suis retenue". Elle a ajouté qu'elle était "sincèrement désolée". Mais la semaine dernière, rien. Et depuis, pas de son, pas d'image ! 
Moi, ça m'agace quand on me lâche. Surtout si c'est sans un mot. Alors, depuis, je rumine. Je me demande quoi faire ? Je dois faire un transfert massif sur elle, je me dis. Et elle, c'est peut-être ça qu'elle doit sentir au fond ? Mais là, je vois pas.

Je lâche tout ça sur le divan. Mais ma psy, là derrière moi, elle dit rien. Elle non plus.
- Pourquoi, vous aussi, vous dites rien ? je lui demande.
- Qu'attendez-vous que je vous dise ? elle me lance.
Je sais pas trop, au fond. Comment elle ferait, elle, peut-être ? Qu'est-ce qu'elle ferait si je revenais pas ? Mais elle veut jamais répondre à ce genre de questions. Elle me demande plutôt ce que j'imagine d'elle alors. C'est frustrant mais ça fait toujours surgir des craintes enfouies, des désirs planqués, que j'imaginais vraiment pas l'instant d'avant.Et puis là, c'est plutôt un cas de supervision, je me dis. Mais souvent ça a un lien avec mes histoires un peu tordues du moment, mes histoires de longtemps ; alors je continue.

04
SEP 14

Comme une éponge à gratter

A l'université de Paris 2, pendant l'été, les étudiants notent les enseignants du Master Coaching.
Ça reste anonyme, ça permet à chacun de liker, de détester, de commenter, à distance
 entre passion et rébellion, remuance et recul, ici

Et moi, ça me permet d'aller un pas plus loin aussi pour l'année qui s'ouvre.

 

25
AOU 14

Rentrée des classes

C'est bientôt la rentrée à Paris 2 et moi j'avais un devoir de vacances : réécrire le syllabus pour la supervision en groupe.
Parce qu'au fil de mes séances sur le divan, des accompagnements en duo avec Eva, des interventions à l'ICF et ailleurs, tant de choses changent en profondeur dans ma manière d'animer cet atelier du Master Coaching :

Pourquoi vouloir accompagner les autres ? C'est la question première, originelle. Le comment vient bien après.
• Et le comment, c'est la conscience et l'analyse des jeux de transfert et de contre-transfert ; le reste, les outils, les modèles, ne sont que détours et évitements au fond.
• Et ce cursus-là s'enrichit aussi des avancées en continu de l'accompagnement au naturel : les voyages en enfance, l'inconscient, les rêves…

Et comme l'université c'est plutôt éclectique et érudit, après ou à côté, il y a aussi l'Ecole nouvelle de l'Accompagnement : opérationnelle et entrepreneuriale, pour faire de l'accompagnement son métier.

 

05
AOU 14

L'ENA, au fil des inscriptions et des désirs

Elle a laissé derrière elle son poste de Responsable RH pour créer sa structure ; et, depuis plus d'un an, elle accompagne des groupes de managers, en mode formation-action ou co-développement. Elle aura bientôt son master de coaching en poche, elle est venue à "l'atelier des rêves et des projets-rêves" et elle aime rejoindre l'Ecole Nouvelle de l'Accompagnement parce qu'elle sent bien que la formation et le codev ça la laisse sur sa faim ; et les managers aussi, au fond.

Directeur Associé, manager, coach interne ou indépendant
 d'autres aussi s'intéressent de près à l'ENA.

31
JUI 14

Rétromania

- D'accord ! je lui ai dit.
Je lui ai dit ça ce soir-là plutôt à contre-cœur. Parce que lui passer ma vieille 206 pour venir à Paris le lendemain, cette décision-là j'avais l'impression qu'elle me l'arrachait au fond. Parce que je flippe toujours à l'idée qu'on m'arrache quelque chose que je crois précieux.
Depuis, bien sûr, j'ai compris que ça vient de loin tout ça ; de l'époque où les bébés sont "propres à neuf mois" ; performants et dociles, forcés et bien dressés alors.
Le lendemain c'était la grève surprise ; alors, dès huit heures, ce serait le chaos sur les rails et sur la route. Et c'est pour ça, pour la prévenir, que je l'ai appelée ce soir-là. On avait rendez-vous à Paris à 14h00 pour animer un groupe en duo. Mais, manque de pot, c'est le lendemain aussi qu'elle emmenait sa voiture à elle au contrôle technique. C'était la date limite. Il y avait un train à 7h26 mais elle voulait rien savoir. Elle aime pas le train ; et encore moins les jours de grève sauvage.
- Alors tu mettras de l'essence et tu paieras tous tes PV, j'ai ajouté, un peu sèchement et agacé.
Et il y a eu un silence à couper au couteau. Du bout des lèvres, elle m'a dit "merci" et puis elle a raccroché. Il y a eu encore un silence, genre juste après une grenade dégoupillée.

19
JUI 14

Chevrotine

C'est bizzare, j'ai oublié où et quand j'ai acheté ce livre-là. Un peu comme Alcide Chapireau, le personnage central de ce roman, qui ne sait plus vraiment ni quand ni pourquoi il a tué Laura, sa deuxième femme. 
Moi, je me souviens juste que je venais de terminer un recueil de nouvelles d'Agnès Desarthes. Et les nouvelles, quand c'est bien fait, ça me donne une envie goulue de plonger dans un roman juste après. Ce qui m'a d'abord accroché dans ce livre de Fottorino c'est à la fois le titre - un seul mot qui claque comme un polar, mais c'est pas un polar - et puis la quatrième de couverture, juste deux phases : "Toutes les femmes attendent le grand amour. Ta mère cherchait son assassin." 

Ainsi dans ce roman-là, on sait d'emblée qu'il va y avoir un meurtre. Et pourtant ça commence comme une romance en bord de mer, comme un conte de fées. Mais très vite la fée elle se met à dérailler, un peu, beaucoup, à détester et rejeter les enfants d’Alcide qui se laisse faire. Alors la romance devient l'histoire d'une torture intime, psychique ; un vrai cauchemar. 
 

15
JUI 14

La fabrique de faux billets

- Vous, vous n'avez pas de détecteur de faux billets ! je lui dis.
- Pourquoi ? Vous voulez me voler ?! elle me lance du tac au tac.
- Non bien sûr ! Enfin, je sais pas trop ?! C'est ce qui m'est venu avant d'entrer ici, quand je préparais l'argent de la séance. Mais j'ai aussitôt chassé cette idée qui m'est tombée dessus !
- Ces pensées qui vous viennent, pourquoi vous les censurez ?
- Parce que j'étais pas encore en séance. Et parce que cette idée-là est folle, je trouve. Vous refiler des faux billets et imaginer que vous n'y verrez que du feu ! Et puis il faudrait que j'en trouve ou que j'en fabrique des faux billets.
- …
Elle dit plus rien. Aujourd'hui elle a démarré sur les chapeaux de roue, je trouve. Et là, elle arrête un instant. Et son invitation à ne pas me censurer avant la séance, 
c'est bizarre, je me dis. C'est là, avec elle, que je peux me laisser aller sans censure. Si je faisais ça hors d'ici ce serait la fabrique des pensées folles.

- Les psys n'ont pas de détecteur de faux billets ! J'ai pensé que ça pourrait faire un tweet absurde ou énigmatique, sur mon fil. J'ai voulu chasser l'idée parce que je peux pas utiliser ma psychanalyse pour écrire mais c'est revenu dès que je me suis allongé là.
- … 

09
JUI 14

Me retourner

- Parfois j'aimerais bien me tourner vers vous, je lui dis.
- …
- Ça fait plusieurs fois que je pense à ça sans vraiment oser vous le dire. Mais je ne sais pas si c'est possible ou interdit au fond ? Parce que la première fois, quand je me suis allongé là, vous ne m'avez pas donné le mode d'emploi ni les limites.
- …
- Ni après ni jamais d'ailleurs !
- La question c'est pourquoi vous voulez faire ça ? elle me dit, là, derrière moi.
- Je sais pas trop ! Mais vous l'avez peut-être remarqué, je lui dis, en tournant un peu la tête vers elle, parfois j'essaie de tourner un peu la tête vers vous.
- …
- Mais je me tords le cou ! 
Ça fait mal, alors j'essaie d'arrêter ça.
 

06
JUI 14

Quand l'accompagnement au naturel fait école

Voilà ! On en a commencé à en parler ici ou là et ailleurs avec Eva : nous deux, on aime créer, on aime ouvrir l'Ecole Nouvelle de l'Accompagnement.

Parce qu'accompagner est un métier ; un métier singulier, à part entière et qui nous fait vivre pleinement, par-delà tous les outils et toutes les grilles, par-delà les diplômes et les accréditations qui font pourtant florès en peuple coach.

24
JUN 14

S'asseoir par terre

"Masochisme mortifère ou masochisme gardien de la vie". C'est le nouveau livre qu'elle a posé là, sous mon nez.
- Dites, ce livre-là c'est encore de la provoc, non ? je lui demande.

Et comme d'habitude elle répond pas. Enfin pas maintenant ou pas à ça. Alors je me pose, je m'allonge en silence un instant. C'est plutôt moi qui la provoque au fond et qui cherche la bagarre, je me dis.
- Je crois que j'en ai bien fini aujourd'hui avec ce côté maso, je reprends. Vous vous rappelez "L'énigme du masochisme", ce petit livre bleu que vous aviez aussi posé là le mois dernier, à mon attention peut-être ?
Elle répond toujours pas.

18
JUN 14

C'est fou l'effet que ça fait

- Cette manière que vous avez d'être là, comme ça, avec nous, il me dit.

Il m'observe. Je me demande ce qu'il me veut, ce qu'il veut dire. Lui, c'est le boss. Et on est trois, là, autour de la petite table ronde, dans son bureau. À côté de lui, il y a elle. Elle que j'ai accompagnée. Elle qui voudrait lui piquer sa place, bientôt. Elle lui a dit ça dès le début du coaching, 
comme ça, sans se démonter. Enfin, c'était pas vraiment le début parce qu'elle avait pas envie de cette rencontre à trois. Alors ça s'est programmé, annulé, ça a traîné. J'ai laissé faire. Et puis ça s'est fait.

22
MAI 14

Contre-transfert & Interprétations en coaching - Bis

- Sers-moi, ai-je soudain envie de lui dire.
Elle remplit sa tasse de thé, là, juste devant moi. Et puis elle repose la théière de fonte sur la table de verre.
Je reste silencieux ; étonné et un peu gêné de cet élan soudain et incongru : mon envie irrépressible de la soumettre, un instant et plus.
Et elle retourne s'asseoir sur le canapé, au milieu du groupe. 
C'est l'instant de la pause. Je la regarde en douce et en silence.

- Tu connais ton transfert vers elle ?!
C'est Eva qui m'interpelle ainsi, sans crier gare et devant le groupe ; comme si elle avait entraperçu l'incongru et le retenu, le fantasme et l'indicible.
Et je me souviens de la séance d'avant quand Eva avait lancé à cette femme-là : "J'ai envie de te manger !"
Alors j'ai aimé évoquer à voix haute et sans détour un peu de cet indicible venu de loin : mon désir de soumettre, de mater la femme un instant ou plus !
Et tout ça s'est ajouté au matériel de la séance. Car c'était déjà là au fond, de moi vers elle. Et parce que ça commençait à prendre une forme sournoise : des prescriptions impossibles pour l'entre-séance, des tâches qu'elle prenait bien soin d'oublier, d'effacer.
Et moi, j'ai pris soin d'aller démêler ça encore sur le divan.

*

Je ne sais pas comment vous faites, vous, avec tout ce qui se surgit de vous et d'étrange quand vous accompagnez ? Tout ce qui se trame en coulisses, ces affaires passées mais jamais vraiment classées au fond ?!

Et sur ce thème-là, Eva et moi on aime inviter encore Jean-Marie von Kaenel, notre ami psychanalyste pour une nouvelle journée. Ce sera à l'Atelier de campagne et à quelques pas de l'été, le vendredi 13 juin.

C'est réservé aux coachs qui aiment accompagner au naturel, ou depuis longtemps déjà, et qui n'ont pas peur de travailler alors avec tous ces élans incongrus en apparence.
Et c'est 
aussi ouvert aux plus jeunes qui, au sortir de toutes les formations au coaching et aux outils, ne sont pas encore déformés au fond.

 

18
MAI 14

Etienne regrette

J'avais tellement aimé "Salut Marie" ! Alors j'ai aimé suivre Antoine Sénanque sur son Facebook. C'est sur ce fil-là et sur son blog que l'auteur donne de ses nouvelles. Des nouvelles inédites, sombres ou énigmatiques. Et c'est ainsi que j'ai découvert son dernier ouvrage : "Etienne regrette".
Ce livre-là est un bonheur. Laisser 
sa classe de philo derrière soi, un instant et plus ; ouvrir sa maison aux oiseaux ; et puis partir travailler à la morgue en compagnie d'un ami médecin-légiste, sans souci de nuire car ici les malades ne risquent plus rien ; retrouver une amie d'enfance et la tendresse avec ; flirter avec les déferlantes à la pointe d'une digue de l'atlantique ; se laisser aller là où le soleil se couche sans pudeur, où l'air est à température de peau… 

Tout ça est déjanté et léger, immoral et réjouissant et ça apaise quand tout s'étouffe ou se détraque autour de soi, au fond de soi… 
C'est une fable sur l'amitié, poétique et mélancolique, et puis ça finit comme un thriller.
Et c'est vraiment un bonheur à chaque page.