29
MAI 11

En bord de ciel

Elle aime choisir et m'offrir des livres que je reçois toujours troublé, toujours touché. Touché au cœur et à l'âme.
Et ce livre-là, avec sa couverture épaisse et sa tranche rouge et toilée, ressemble à un livre pour enfants.
Il s'ouvre sur une mystérieuse dédicace :
Pour toi Endorphine, qui m'aides à me transformer en moi-même.
D'étranges dessins se glissent entre ses pages : L'infirmière au sudoku. Aux yeux de Dieu. La mélancolie de l'enfant
Et ce livre semble écrit avec l'encre des rêves, ces rêves qui nous retiennent les matins d'hiver.

24
MAI 11

Au bord de l'éternité

Il est photographe et elle est poète. Il s'appelle Vincent J. Stoker et elle Pali Malom.
Et ces deux artistes-là aiment mêler leur art et danser ensemble sur les berges de l'éternité.
Et moi j'ai aimé m'abandonner un moment sur ces berges-là pour écrire la préface de leur création inédite : « Quand la neige fond, où va le blanc ? »
 

22
MAI 11

Ce que nous ne savons pas encore

Nos corps savent des choses que nous ne savons pas encore. Eva avait posé ces mots, devant elle, entre les particules d'air et de lumière de l'instant. Des mots pour me parler de sa manière à elle, animale, instinctive, de créer et d'accompagner, de peindre et d'écrire. Tanakia en parlait aussi sur son blog : La vérité du corps.
 
Et je ne savais pas encore que ces mots-là feraient leur chemin, s'ajouteraient à ces plis et contreplis que j'apprends à déplier et assouplir en moi, et qu'alors ces mots se transformeraient en atelier éphémère. En atelier d'un soir pour le peuple coach, là où les tables se retrouvent
face contre face, pieds au ciel.
Des mots qui tissent un fil de soi pour faire l'expérience de donner et recevoir, du bout des doigts et du creux des mains, pour voyager en émotions et sensations, au dedans et au dehors de soi, pour accompagner l'autre sans plus d'outils ni de soucis.


21
MAI 11

Pages cornées

La bibliothèque est vide, enfin. Vide de tous les manuels techniques et pratiques, des guides et des grands livres du coaching, déposés là dans la blanchisserie, au fil des jours. Pourtant, à l'aube, l'inconnue laisse encore quelques uns de ses livres aux pages cornées :
Les furies et les peines
 À dos d'oiseau
  Quand le miroir s'étonne
    Les étoiles brûlées…
Avec toujours,
entre les mots, entres les lignes, un peu de son parfum.

*

13
MAI 11

Trois grains d'éternité

Elle se tient là, désemparée, interdite. Élégante et égarée. Princesse là-bas en son pays de dunes et prisonnière, ici, dans les entrailles de la terre. Elle se tient là, entre les portes de verre et la barrière de tourniquets. Là où jadis le poinçonneur aurait aimé lui montrer le chemin. Elle n'est que regard en cet instant. Et ce regard-là pourrait retenir un, deux ou trois grains d'éternité dans le sablier du temps.
Je viens de là, dit-elle en me montrant du doigt la gueule noire et froide du tunnel. Et j'aimerai sortir. C'est alors que, sans un mot,
sous sa main, une des portes de verre et d'acier cède enfin et la mène vers le soleil.

*

10
MAI 11

Dans les pages noires

Elle, dans le serpent d'acier qui se glisse entre les creux de la vallée verte puis se traîne jusqu'à la station des catacombes, elle aime lire des romans noirs. Les meilleurs polars écrits par des stars du crime.
« C'est pour m'évader » me dit-elle. Pour oublier le grand échiquier sur lequel le jour, tout le jour, elle aime jouer ou danser. Elle joue à la marelle et danse la rumba ou le twist, le hip-hop ou le slow avec des policiers et des gendarmes. C'est pour leur apprendre à ne plus jouer ni aux voleurs ni à cache-cache avec l'argent de l'État.

08
MAI 11

Coaching & Agressivité #1

C'était l'été dernier, Stéphane et moi avons aimé partager un instant vidéo à propos de cette part au fond de soi qui danse avec la part de l'autre, en coulisse ou en conscience, à l'envi ou à l'encontre…
Une part en soi, douce ou sauvage, tendre ou bousculante...

 

04
MAI 11

Jeu de Loi #2

« J'étais là, sur l'épais tapis de laine. Allongée. C'était doux.
Je ne sais comment j'avais réussi à dérober vos clés. Alors je suis entrée et j'ai pris le temps, tout le temps, de me dévêtir.
J'ai simplement gardé ces escarpins que des rubans de soie retiennent aux chevilles.
Les fenêtres étaient restées entrouvertes. Les volets encore clos. Et j'aimais vous attendre là, à l'orée du jour.
C'était comme un matin d'été au jardin quand le soleil fait fondre la rosée. Les larmes des anges sur le monde.
Et, enfin, j'ai entendu le bruit de vos pas dans la cour pavée [...] »

01
MAI 11

Entre deux séances

- Zelda, mais finalement, pourquoi cette séance entre deux séances, en urgence et à travers les ondes ?
- Parce que j'ai parfois peur de dormir. Peur de m'endormir pendant le jour. Peur de perdre alors ce profond désir de vie que je découvre en moi et en séance.
- Et pourtant vous dites que, maintenant, vous aimez faire des croche-pattes à ceux qui, hier, vous portaient de cruels coups bas ?
- Oui ;-)
- Et vous savez aussi tirer la langue, sans détours, à celui qui
vous tend des pièges toxiques par mail !

30
AVR 11

Jeux d'ego et ondes de charme

Appel d'offre, jury de référencement, casting ou shopping… Coacher en entreprise ressemble à une série d'épreuves et de rituels, stimulants ou anxiogènes, initiatiques ou régressifs qui, à la longue, ont raison de plus d'un coach.
En life coaching, à l'inverse, les clients vont vers les coachs : recommandations, échanges ou rencontres en mode digital ou mammifère
Chacun se choisit par affinités électives et les épreuves semblent ici moins éprouvantes.
Pourtant, là encore, les efforts sont souvent longs et vains, les résultats incertains et décourageants.
« Personal branding » ou formations pour « vendre le coaching », rien n'y fait !

Alors quelle part de nous, insécure ou sereine, nous freine ou bien nous porte vers les autres ou l'entreprise ?
Comment notre ego s'approprie le premier instant de chaque rencontre et chaque pas vers le monde : bras de fer ou partie de chasse, challenge ou jeu de séduction ?
Quels scénarios familiers rejouons-nous ici et là, à notre insu peut-être ?
Et, en même temps, quelle est notre onde de charme, singulière et généreuse, vulnérable et rayonnante ?

Coachs d'entreprise ou coachs de vie, expérimentés ou en démarrage, si ces thèmes font écho à vos questions du moment, je vous invite à un atelier décalé et en duo avec Béatrice GIRAUDEAU. Béatrice est life-coach, blogueuse et aussi conteuse de l'intime.
Notre cheminement, en stéréo, au féminin et au masculin, nous mènera sur de nouveaux sentiers buissonniers du peuple coach. Et bien au-delà

Ce sera le mardi 7 juin dans l'atelier en bord de ciel.

25
AVR 11

Instants de voyage

Blottie au creux de son fauteuil, soudain elle fait le signe de la croix. Alors, mugissant, vrombissant, l'avion s'élance en bord de ciel.

*

16
AVR 11

Vacance

Emporter un peu de la saveur et de la grâce, du parfum et du goût de cette dernière journée dans l'atelier en bord de ciel.
Prendre soin un long instant du jardin, là où le chat se perd dans les herbes folles.
Choisir deux livres de cœur et d'âme aux pages déjà cornées et offerts en partage.
Et puis partir sur les bords de l'Adriatique.


16
AVR 11

En garde à vue

Le coaching est un art parfois bien cruel. Ainsi, quand le sablier du temps se brise en séance, quand le silence se pose enfin sur les cils et sur les lèvres, c'est la saveur de la grâce, tendre, réparatrice, qui surgit là, à fleur de peau, sans crier gare.