23
JAN 11

Ce qui est en devenir

Elle est tombée amoureuse de celui qu'elle aimait tant initier à son art. Enfin, peut-être pas vraiment de lui, mais de l'artiste qu'elle devinait en lui. Elle est souffleuse de verre. Entre les étoiles suspendues, les queues de chat et les coupes folles, lui aussi est tombé en amour avec elle. Rencontre d'âme à âme et de cœur à cœur, pensait-elle.

20
JAN 11

Le goût d'accompagner

Difficile ou illusoire pour le coach de devenir l'ami de ceux qu'il accompagne, de ceux-là qui prennent goût à cette relation si intime et si particulière. Mais qu'en est-il de l'autre côté ? Qu'en est-il des amis du coach quand celui-ci savoure à l'envi le désir d'accompagner ? Comment partager avec ses amis et ses proches la saveur intime si particulière de son talent, de son métier ?

C'est le thème qu'apporte Jean-François HELIE, pour Paroles de coachs. Jean-François est coach d'équipes ; il a eu envie d'expérimenter le coaching en vidéo et en stéréo.
Première partie de cet instant de coaching, sous l'œil des caméras.

18
JAN 11

Dans l'atelier

Arabesques et entrechats, révérences et sauts de biche, du plancher piqué jusqu'au toit de verre fin, tout ici tremble et se trouble quand, juste au dessous, les danseuses s'initient à l'unisson.

*

17
JAN 11

Auto-psy

Ce que j'aime faire aux autres parle aussi de ce que j'aime qu'on me fasse parfois !
Il en est ainsi des Rencontres singulières : si j'aime découvrir la planète de celles ou ceux qui ont le goût d'écrire, de savourer ou d'accompagner, c'est parce que j'aime aussi répondre aux questions inédites et intimistes.
Alors j'ai demandé à Éva qui a tout à la fois le talent de peindre et
d'écrire, de rencontrer et d'accompagner, d'inverser un instant les rôles entre nous.

16
JAN 11

Le singulier et l'opposé en soi

Ils sont presque tous là à présent. Les tables sont rangées derrière eux, face contre face, pieds au ciel. Les chaises dessinent un croissant de lune. Et, ce soir, j'ai envie de les guider pendant quelques pas sur le chemin de soi.

11
JAN 11

Supervision en groupe de pairs

C'est la sixième année. Un après midi par mois, je retrouve et accompagne avec bonheur des confrères qui aiment aussi cultiver leur singularité, se développer en groupe de pairs et pratiquer notre métier comme un art.

Écrire
ici, pratiquer et être supervisé au féminin ou au masculin, en groupe et en individuel, m'aident à faire l'auto-psy de ma passion d'accompagner ceux qui accompagnent. Et ainsi, un peu plus en conscience de mes désirs projetés et de mes parts d'ombre, je crée en cette nouvelle année, un deuxième groupe de pairs.
Et c'est
dans l'Atelier de l'Art-de-Changer que j'accueille maintenant d'autres confrères qui aiment conjuguer travail sur soi et perfectionnement pour aller dans le monde, plus à l'écoute aussi de leurs multiples facettes, sombres et lumineuses.

Voici l'esprit, les modalités et le calendrier 2011 pour ce nouvel espace ressource.


08
JAN 11

Fermer les yeux

Ils arrivent souvent essoufflés sur la dernière des marches qui mènent jusqu'ici, à fleur de nuages. Et elle, danseuse étoile gracieuse, c'est au moment de clore la séance qu'elle lâche :
- Je me sens épuisée !
Et je prends conscience à cet instant de ce qui m'a animé en sa présence :
- Oui aujourd'hui, avec vous, s'est éveillée cette part de moi qui aime jouer et créer !

05
JAN 11

Le goût des bêtises

Elle aime lui murmurer au creux de l'oreille des mots délicieusement tabous. Elle voudrait le faire rougir. En vain. Il sourit de la voir s'amuser de ces petites transgressions. Et là, maintenant, elle frémit de ses mots interdits. Ça lui fait l'effet des chatouilles.
« Dis-moi, quelles bêtises aimais-tu faire quand tu étais enfant ? » lui demande-t-il. Elle fronce les sourcils. Long, très long silence. C'est comme s'il avait frappé à la porte d'une maison depuis longtemps inhabitée.

02
JAN 11

Sous les étoiles

 

Ici, le toit est de verre fin pour contempler la course du soleil ou la dentelle des nuages.
Pour écouter tomber la neige ou filer les étoiles.
Et c'est d'ici, de l'atelier à fleur de ciel, que j'aime vous chuchoter mes vœux amis et généreux pour cette année qui commence.
De cœur à cœur

D'âme à âme.
Ici, le parquet, piqué, blessé, a la couleur des nuits profondes pour danser avec l'imparfait et l'obscur au fond de soi.
Prenez soin de l'artiste qui est au cœur de vous et qui joue.
Avec le sombre et le lumineux, avec l'incréé et l'inattendu.
Sans limites.
Prenez
bien soin aussi de votre atelier intérieur et de vos créations imparfaites et singulières.

29
DéC 10

Peurs anciennes

Passer devant un jury de référencement est une épreuve parfois anxiogène pour les coachs d'entreprise.
Il y a dans ce
rituel-là quelque chose de régressif qui peut réveiller des mémoires anciennes : un examen, un grand oral…

Parfois, c'est aussi le souvenir d'un passage à tabac, un soir au poste, qu'il s'agit d'oublier.

27
DéC 10

Comme une mise en désir

Denis Marquet est tout à la fois philosophe, thérapeute et écrivain. J'aime le rencontrer pour cheminer autrement sur les sentiers de l'incréé et de l'écriture. Il m'a invité à lire son dernier ouvrage qui est écrit comme un guide de sagesse. Rare, profond, « comme il est des mises en bouche, ce livre est une mise en désir ».
Un livre précieux en ces instants de recul, à l'écart du monde et du bruit.

Extraits...

 

21
DéC 10

Dévoilements

Me mettre en scène dans cet amphi de la Salpetrière où Charcot et ses patientes exploraient les chemins de l'hystérie ; être supervisé en live lors d'une soirée d'été animée par Andrée Zerah ; me dévoiler chaque mois avec Stéphane et coacher en direct devant les caméras…
Autant d'occasions de nourrir cette part narcissique et gourmande qui a encore besoin du regard des autres. En conscience et dans le plaisir ! Pour créer aussi et pour aller là où d'autres n'osent pas toujours aller.

Regards croisés et dévoilements avec Stéphane, avant d'hiberner tout au fond de ma tanière.

19
DéC 10

Retour à soi

Sur le chemin du retour, l'envie me vient de lui parler du parfum de soi. Note de cœur, unique, au creux de la peau. Les alchimistes désespèrent d'en découvrir le secret. Les tueurs en série aussi. Elle me confie que ce parfum-là a sur elle les effets d'un doudou. Présent à jamais. Infiniment.

*