14
MAR 19

Les choses qui s'entrechoquent ou se frôlent

Depuis quelques semaines, je casse la vaisselle. Oui, un verre à pied ou à mojito, la cloche à fromages, une tasse à thé… Visiblement, c'est parce que je fais plein de gestes maladroits. De plus en plus souvent. Surtout quand je fais la vaisselle. Bien sûr, il y a cette histoire de l'enfance, au petit matin, petit-déjeuner – lait au chocolat, pain beurré et encore des traces de rêve dans la tête sans doute. « Fais attention, tu vas renverser ton bol ! » me disait ma mère. Ça me stressait, c'était comme une prophétie auto-réalisante et donc, zouuu, patatras, la tasse toupillait et voleplanait jusqu'au sol. En mille morceaux. Mais c'est pas forcément ça, là. Non, c'est pas si simple.

– Tu as remarqué que c'est toujours des choses qui vont de pair ? me dit Eva.

C'est elle qui a acheté ces objets-là, des « coups de cœur » comme on dit, alors forcément elle s'agace et je peux comprendre. Ça me dépite moi aussi. Mais, non, je n'avais pas encore remarqué. Et, oui, c'est vrai, je brise ce qui va ensemble. Sauf la cloche à fromages, il n'y en avait pas deux comme ça. Alors j'essaie de racheter chaque pièce brisée, comme pour me racheter peut-être, mais c'est compliqué de retrouver l'origine des choses. Et donc tout devient dépareillé dans la cuisine.

– C'est parce que tu veux encore séparer ou casser le couple, ajoute Eva.
 

11
MAR 19

Qui va payer l'addition ?

L'autre jour, l'atelier sur les rituels du coaching – casting, shopping, préliminaires... –, c'était vraiment bien, c'était en petit groupe et avec une question-clé : Être ou ne pas être choisi.e ? 
Et c'est surtout la peur d'être rejeté qui d'emblée a surgi dans cet atelier-là.
Alors je continue sur ce fil du désir en peuple coach, mais en allant du côté des antipodes. Oui, quand un autre – prescripteur potentiel, prospect ou ex-client –, vous choisit pour, 
mine de rien, faire de vous « son objet ».

Il jette son dévolu sur vous, vous invite à partager sans chichis, prendre un petit café, un petit-déjeuner ou un déjeuner d'affaire, etc. Au moment de payer, vous ne savez pas trop qui va prendre l'addition. Sans doute parce que vous y trouvez votre compte aussi. Plus ou moins. Et tout ça peut devenir rituel. Sans plus de chichi ni de cadre donc.