25
OCT 18

Supervision en groupe - Saison 2019

Ce n'est pas un hasard si vous êtes coach ou thérapeute, consultant ou formateur. Ni une vocation au fond. Oui, ça vient de bien loin votre désir de développer ou d'aider les autres, de les conseiller ou les former. 
Comme une raison d'être et puis une place singulière. Acquise ou assignée. Et c'est cette place-là que d'emblée vous prenez face aux autres aujourd'hui.

Sauf que les autres, malgré les apparences et votre cadre, ils ne veulent pas forcément ou pas toujours tout ce que vous voulez leur donner. Non, ils préfèrent jouer leur partie de leur côté. Mine de rien ou à fond. 
Et c'est ça, ce sont ces quiproquos, ces décalages en coulisses qui créent bien des accros et des angles morts au cœur de votre métier.
Certains parlent ici de « processus parallèle » mais ce n'est pas parallèle, ça s'emberlificote toujours. D'autres voient là des « reflets » mais ça ne se voit pas – pas sur le coup en tous cas –, parce que c'est inconscient et donc ça prend des voies détournées et équivoques.

Pour nous, Eva et moi, c'est le jeu des transferts et des contre-transferts. Et tout ça peut être aussi une source d'inatendus et d'ouverture qu'il est vraiment bon d'apprendre à reconnaître.

20
OCT 18

Tout à l'envers ?

À un moment, il a parlé d'indiens qui font tout à l'envers, qui mettent le haut en bas, les choses sens dessus dessous. Les "Heyokas" il a dit et puis il a donné des exemples : ils scrutent l'horizon en tournant le dos et en regardant le sol ; s'il y a une porte ils passent par la fenêtre ; ils se lavent avec de la terre et se sèchent avec de l'eau, etc.
Tiens, l'inconscient marche aussi comme ça, j'ai pensé. Et lui voulait peut-être faire des choses à l'envers, ici ou ailleurs. 

15
OCT 18

À la folie

Adolescent déjà, je ne savais pas trop pourquoi, mais je m'intéressais beaucoup à la folie. Oui, j'ai retrouvé dans mon cartable de l'époque un livre sur cette question-là : La folie, de Sophocle à l'antipsychiatrie - Pierre Jacerme - Bordas - 1975.

J'étais en seconde et je me souviens qu'on avait des "devoirs libres" – c'est fou cette expression-là, c'est un peu comme le divan, je trouve – et donc j'avais choisi ce thème de la folie pour un exposé. C'était en cours de français, j'étais amoureux de ma prof, un peu fou d'elle au fond. J'aimais lire aussi "L'amour fou" d'André Breton, mais je n'ai pas retrouvé ce livre-là.
Bref. L'autre jour, quand j'ai découvert que les enseignants de Paris 7 lancaient un MOOC sur "L'histoire de la folie", j'ai craqué, je me suis inscrit. Pourtant, jusqu'alors je regardais ça de très loin les MOOC, plutôt rétif, plutôt sceptique. 

11
OCT 18

PSY EN ACTES : T'es pas maître en ta demeure

L'inconscient est un ami qui te veut du bien… mais pas que ! Et c'est sur ce fil-là de l'inconscient, de nos dilemmes intimes, de nos faux-pas – là où t'es pas maître en ta demeure , que j'aime créer une série d'ateliers. Ça s'appelle « PSY EN ACTES » et c'est le jeudi matin, après vos rêves de la nuit donc et juste avant le boulot. En petit groupe.

Le prochain atelier c'est le 8 novembre, sur les ressorts cachés de nos désirs et de nos sabotages. Une clinique de nos défaillances en quelques sorte. Mais pas pour chasser les erreurs ni les réparer – de toute façon, ça revient toujours –, non, juste pour s'initier. Et c'est déjà beaucoup. Regardez par exemple toutes les mauvaises raisons que vous trouverez pour ne pas venir.

10
OCT 18

Un chien de coche

C'était le vendredi juste avant l'été, le dernier cours du master coaching à Paris 2. Une étudiante était venue avec son chien ce soir-là et j'avais écrit quelques lignes après la séance. Des lignes que je retrouve là, dans mes oubliettes, avec mon nouveau syllabus préparé cet été : Les formations de l'inconscient pour les coachs. Et parce que les cours reprennent ce vendredi. Ils sont trente-trois étudiants cette année et je les ferai travailler en petits groupes constitués. Oui, comme ça, du début à la fin. Avec ou sans chiens. Sur les chemins de l'inconscient.

03
OCT 18

Les prénoms épicènes

L'année dernière le roman d'Amélie, Frappe-toi le cœur, parlait du mal de mère, enfin de l'une des formes particulières de ce mal : la jalousie. La jalousie entre mère et fille, et puis au fil du temps, au fil de la vie, la jalousie entre femmes, sœurs, amies, profs… 

Et moi, je me demandais où étaient les hommes dans tout ça ? En particulier le père parce qu'il apporte du tiers, de l'étranger, du jeu dans le duo mère-enfant. Mais, là, les hommes semblaient rayés de la carte. Ou bien ils comptaient les points et regardaient le plafond. Tout à côté des mères. Et donc, cette année, c'est un peu sur ce fil-là le nouveau millésime d'Amélie : Les prénoms épicènes.

Oui, c'est sur la haine des hommes. Dans un sens et dans l'autre, la haine entre père et fille, et entre hommes et femmes derrière la romance. Et c'est comme un thriller psychologique toujours.

12
SEP 18

Dépôt de plainte

« Alors ces rêves-là sont ratés. » C'est la femme au divan, enfin ma psy, qui m'a dit ça l'autre jour. C'était au retour des vacances. Mais je n'ai pas aimé parce que je n'aime pas trop rater les choses. Même si je sais bien qu'on ne contrôle rien avec l'inconscient. Surtout la nuit. Ma psy me disait ça parce que je débarquais sur son divan comme pour déposer une plainte. Oui, mes rêves me réveillent. Brutalement toujours. C'est d'ailleurs pour ça que je m'en souviens. Mais je ne vois pas comment faire autrement. Alors, après ça, j'ai du mal à me rendormir.

29
AOU 18

Casse-gueule

Sur Instagram elle s'appelle « bohaime » et comme Ava, l'héroïne de Casse-Gueule, c'est une très jolie jeune femme. Un peu comme une princesse russe. Mais sans chichis. 
Enfin, Ava était très jolie juste avant de se faire casser la gueule. C'était à l'heure bleue par un inconnu avec un poing américain et dans la cour pavée d'un immeuble parisien, là où elle fait du Yoga. Mais c'est alors comme une libération pour elle. Et elle ne va pas en rester là.

27
AOU 18

17 septembre

Si vous dirigez une équipe ou animez des formations en groupe, si vous pilotez des projets ou des changements complexes, vous sentez bien que c'est parfois imprévisible et même erratique. Et qu'il y a des dynamiques qui semblent créatives et qui soudain s'enrayent ou tournent court.

Oui, parce que les élans de chacun s'entremêlent toujours mais convergent rarement au fond. Et puis les ressorts intimes sont tellement singuliers, antagonistes aussi et changeant.
 

03
AOU 18

Une forme de vie

Je venais de poser la misère et le yuca à l'ombre, tout au fond de la cour pavée, avec aussi le bonsaï et toutes les plantes de l'atelier pour traverser l'été. Et c'est là que soudain j'ai commencé à m'affoler. Oui, j'avais terminé "À l'aube", le dernier Djian – une sombre histoire de perversité ordinaire –, et donc je n'avais plus de roman pour le début des vacances. J'aurai pu me raisonner, m'autopsyer pour voir ce que cachait cette urgence-là ou simplement attendre d'arriver là-bas au bord de la mer – en plus, je sais bien que sur place il y a l'Ancre de Miséricorde – mais non, c'est comme une drogue dure ce truc. Alors j'ai foncé vers la grande librairie à quelques pas de l'atelier – sur deux étages quand même – et, sur le chemin, je me suis dit je vais prendre un roman d'Amélie Nothomb. Une valeur sûre comme ça.

"Une forme de vie". C'est ce roman-là que j'ai choisi. « Ces mots évoquent en principe l'existence élémentaire des amibes et des protozoaires. Pour la plupart des gens, il n'y a là qu’un grouillement un peu dégoûtant. » Mais, là, c'est autre chose : Melvin Mapple, un soldat américain posté en Irak, devient obèse, il écrit à Amélie qui répond à presque toutes les lettres parce qu'elle est épistolière depuis l'enfance. Et parce qu'elle aussi a eu un rapport très spécial à la nourriture. Et c'est ça qui m'a accroché, cette question du rapport à la nourriture, boulimique ou anorexique, ça cache autre chose toujours. Bref. Une correspondance s'engage. Et l'échange de lettres fonctionne comme une scissiparité : l'un envoie une infime particule d’existence, la lecture de l'autre la double, la réponse la multiplie, et ainsi de suite. Une forme de vie donc. Avec cette question de l'obésité. 

18
JUI 18

Les formations de l'inconscient pour les coachs

Ça faisait un bon moment que mon syllabus pour la supervision à Paris 2 était caduque. Oui, parce qu'au fil des années, il n'y avait pas que les tables que je retournais et mettais sur le côté dans ce master coaching : même traitement pour les outils du coach. Et, avec le divan, j'ai moi-même chamboulé tous mes repères - la systémique familiale et la gestalt-thérapie -, et voyagé sens dessus dessous. De plus en plus.

Alors aujourd'hui j'aime bien réécrire ce syllabus : focus sur les processus inconscients en coaching. Comme une formation sur les formations de l'inconscient. Pour les coachs, autant que possible.

 

04
JUI 18

C'est pas remboursé

Ça faisait longtemps que je n'avais pas passé d'examen. Pas des examens médicaux parce que, pour ça, je m'invente régulièrement des maladies imaginaires. Bref. Il y a quinze jours, il y avait l'examen à la fac pour le D.U Psychanalyse Freudienne. Et, après l'épreuve, je me suis fait mon cinéma : doute, rêves d'échec, peur d'avoir trop fait mon malin... Oui, parce que pendant l'examen j'avais pris un angle qui n'était pas banal. Et j'en parle sur ma chaîne Mammifère & Digital : C'est pas remboursé par la sécu.

28
JUN 18

Un livre pour l'été

« … Ce que nous nommons besoin dans la sphère entrepreneuriale se mue en désir sous la plume des auteurs. Désir à la fois inassouvissable et moteur de vie : sans désir pas de vie, et avec le désir de la souffrance. » C'est Jean-Louis Muller qui écrit ces lignes-là à propos de l'ouvrage que j'ai écrit avec Eva : "Érotiser l'entreprise".

C'est à la Cegos que j'ai rencontré Jean-Louis. Consultant en management, il animait les stages "millionnaire" (c'est-à-dire avec toujours, depuis les origines, plein de stagiaires). Mais c'est surtout dans un groupe animé par François Balta, médecin psychiatre et thérapeute familial, que je l'ai côtoyé de près. Ce n'était pas du tout millionnaire ce groupe-là, plutôt discret et intimiste. Et c'était de la supervision, donc pas du tout psychiatrique ni thérapeutique a priori, mais chaque consultant percevait au fil des séances combien son histoire personnelle, ses pulsions et tout ce qu'il voulait tenir à distance, s'emberlificotait au fond avec sa pratique et ses fantasmes professionnels (ses désirs de puissance, de maîtrise, de savoir…). Je me dis aujourd'hui que c'était un peu comme la « thérapie institutionnelle », avec Jean Oury. Oui, quand les soignants savent bien qu'ils sont tout aussi « dérangés » au fond que ceux qu'ils veulent soigner. Et c'est à partir de là que j'ai eu envie d'aller voir ailleurs, enfin plus du côté de chez moi.

J'ai aussi aimé continuer de voir Jean-Louis parce qu'on est devenu voisins, à la campagne, avec Eva. Et il a aimé lire notre livre paru au printemps et puis écrire à son tour quelques lignes.