04
JAN 16

Tout le sale et tout le rayé

"Demain, je n'aurai plus de bureau et je serai coincé entre la femme gnangnan et l'homme qui pue."
Il te dit ça d'un air "grognon" (c'est son mot pour décrire son humeur depuis quelques jours). Et tu peux comprendre, – enfin tu imagines –, parce qu'un grand chambardement se prépare dans sa boîte pour le début de l'été. Oui, tout le monde devra déménager dans un open space et lui sera traité comme tous les autres, au milieu des autres, même si c'est un boss.

La gnangnan, le grognon et l'homme qui pue, c'est comme les personnages d'un conte pour enfants, alors tu lui demandes comment c'était quand il était petit ? au niveau promiscuité, tu précises.
Non, pas de communs, il te répond. Il a toujours eu sa chambre à lui, bien à part, parce qu'il n'avait que des sœurs qui, elles, étaient ensemble et sous les toits. Euh, non pas du tout ! il a jamais eu envie de partager un peu de leur intimité.
Toi, tu évoquais ça un instant parce que tu te dis que les filles 
c'est pas comme un petit d'homme, un jour ça coule, ça saigne. Alors tu oublies ça et tu l'écoutes parler de l'open space et il s'imagine pas du tout avec la femme gnangnan à côté de lui. Elle est peut-être comme sa mère cette femme-là, mais on s'occupera d'elle la prochaine fois s'il la ramène (c'est la secrétaire de son boss) parce que pour l'instant il revient à l'homme qui pue. Et ce sera vraiment insupportable. Alors il veut quitter cette boîte.

27
DéC 15

Pas trop de moi

C'était dans le bus, sur le chemin du retour de l'école. Il me coinçait au fond du car, me collait la tête contre la vitre et il me torturait pendant tout le trajet. J'étais en sixième, je devais avoir onze-douze ans alors. Il était plus grand que moi ce gars-là mais c'est pas à cause de ça qu'il s'acharnait sur moi ; c'est parce que j'étais bon élève ! Il était pas dans ma classe mais tous les élèves savaient que j'étais comme ça. Mais moi, si j'étais bon à l'école c'était pas pour me la péter, c'est parce que l'école c'était un refuge.

Il raconte ce souvenir-là parce que l'instant d'avant il me parlait d'un big boss de sa boîte, le Hapiness Chief Officer, un "fou furieux" qui se déchaîne contre chacun en réunion. Alors lui, chaque fois que ce directeur-là fait ça, il a envie de lui "péter la gueule". C'est vrai que c'est plutôt bizarre pour un spécialiste des ressources humaines (un peu comme un coiffeur devenu chauve), mais moi, quand on me raconte des histoires bien chargées comme ça, j'en reste pas là, pas sur la scène professionnelle. C'est pas pour éviter la charge émotionnelle mais parce que j'imagine que ça se mélange avec plein d'autres histoires personnelles, que ça vient de plus loin. Alors j'invite l'autre à faire un pas de côté sur le fil du temps, genre "Ça vous évoque quoi ?" (Je fais ça surtout au début parce qu'au bout d'un moment ça se fait naturellement, enfin en présence. Et aujourd'hui c'est la première séance pour lui). Donc, avec cette question-là et un peu de silence, il s'est souvenu de cette histoire avec le garçon cruel.

– Ça a duré plusieurs mois, il continue. Et, un jour, je l'ai retrouvé ce gars-là. C'était plusieurs années après, j'avais dix-huit ou dix-neuf ans. Il était avec une des filles du pharmacien de la ville, il sortait avec elle ; en amoureux, je veux dire. Et moi je m'étais toujours dit que je lui péterais la gueule le jour où je le reverrais, mais je l'ai pas fait finalement. Je sais pas trop pourquoi ?

18
DéC 15

A poils et à plumes

La prof de danse ici, juste en dessous de l'atelier, c'était une danseuse étoile du ballet de Yougoslavie mais un jour elle s'est blessée au genou. Et malgré plusieurs opérations elle ne pouvait plus danser alors elle a créé son académie à Paris. Et tout à côté de sa salle de danse, elle a plein de perruches et un perroquet apprivoisé, quatre chiens et plein de souris. Enfin les souris, elles vivent entre les planchers et les plafonds, donc elles sont à tout le monde et à personne à la fois. C'est une zone non-droit. Et elles aiment bien danser aussi, elles copulent et font pas mal de boucan la nuit toutes ces souris. Et c'est dangereux aussi parce que les rongeurs ça ronge les fils électriques et un jour ça pourrait faire un méchant court-circuit.
"Elles prolifèrent sans arrêt à cause des graines autour de la volière" dit le chasseur de souris. Il est chasseur depuis 1872 et c'est le meilleur du coin et de Paris. Et tous les mois, depuis deux ou trois ans déjà, il balance plein d'appâts toxiques et de pierres à venin dans les cachettes, dans les recoins, ici et à tous les étages.
Une fois, pour mieux les observer, il a glissé une caméra entre les solives et les lambourdes, genre comme pour faire une endoscopie. Mais ça n'a servi rien.
Et tout ça coûte une fortune, à la danseuse étoile, à tous les voisins et à moi.

 

15
DéC 15

Des mots qui sont tout un monde

… Doux à ta carnation comme un linge immatériel
Frais sorti de la malle entr'ouverte des âges
 

C'est fou, je trouve, c'est un bout de poème d'André Breton que j'avais aimé apprendre quand j'étais ado et que j'ai retrouvé l'autre soir sur le divan. Je l'avais appris pour personne, enfin juste pour moi, et ça m'est revenu sans le chercher quand je cherchais tout autre chose : le souvenir d'un contact premier, d’un touché peau à peau, originel.

Je cherchais ça dans ma mémoire parce que parfois il y a encore tant de violence sourde en moi et à fleur de peau. Alors, ce soir-là, je me disais qu'il y avait forcément aussi du doux et que ça pourrait être un antidote à tout ça peut-être.

Et c'est d'abord un drôle de mot qui a surgi, un des mots du poème de Breton : carnation. Il est pas engageant ce mot-là, il est très rugueux. Il m'évoque la carne ! Même si, emballé dans la poésie surréaliste, ça l'attendrit un peu.

– Et pourquoi c'est pas les mots chair ou peau qui vous viennent ? m'a demandé ma psy (parce que, pour elle, le peau à peau des origines c'est plutôt la mère et son enfant.)

10
DéC 15

Graine de psychopathe

"Vous cherchiez peut-être à la faire sortir de ses gonds ?"
C'est cette question de ma psy, l'autre jour, qui m'a fait retrouver une page oubliée de mon journal intime. Enfin, "journal intime", là, c'est une manière de parler parce que, jusqu'à ce jour, je n'ai jamais raconté ni écrit cette histoire-là.

C'était pendant un repas du soir. C'était l'été, je crois. J'avais onze ou douze ans. Nous étions tous à table et j'ai glissé une épingle dans un morceau de pain. J'ai fait ça bien en douce, sous la table, pour ne pas être vu. C'était facile avec toute l'agitation pendant les repas toujours. Je ne sais plus trop d'où elle venait cette épingle-là, – c'était une épingle de bureau avec une tête triangulaire , 
– et j'avais dû bien préparer mon coup alors. 

07
DéC 15

Désirs & Défenses

« Après les associations libres, à fleur d'inconscient, et puis les voyages à travers l'espace et le temps, immobiles mais décloisonnés toujours, allons un pas plus loin ce soir et dans les coulisses de l'accompagnement : désirs & défenses, pulsions & inhibitions, en coaching comme ailleurs ; et plutôt du côté de nos défenses, de nos "mécanismes" intimes et originels que nous tricotons dans nos relations ; pour empêcher ou fuir nos désirs justement…  »

C'était vendredi soir à Paris 2, pour le Master Coaching, 3ème séance de supervision en groupe. Et ce thème des défenses, j'ai proposé de le défricher en mode voyage, toujours, et autour des "premières fois" :
 . Voyage en terres de coaching : rencontres préliminaires ou préalables, avec ou sans rituels alors
 . Et puis voyage aux origines…  peau à peau, peut-être, ou autrement…

Et c'est d'abord le désir que certains étudiants auraient voulu explorer ce soir-là et pas du tout les défenses. Mais moi, je me suis défendu, enfin j'ai tenu bon alors !

01
DéC 15

A l'heure de l'apéro

Il y a un truc que j'ai envie de faire sur le divan, là, mais je n'ose pas vous le dire parce que c'est un peu fou, c'est déplacé et je ne sais pas trop si ça se fait ? 
– … ?!
– Si ça se fait de le dire, je veux dire, pas forcément de le faire ?
– … !??
Là, je mets des points d'exclamation et d'interrogation sur son silence mais je crois que ça la surprend pas au fond ce genre de pensée. Je continue alors :
– Je pense à ça depuis plusieurs séances, mais plus j'essaie de le garder pour moi ou au contraire de le chasser, plus ça m'accroche ! Alors je vais vous le dire. 
– Oui, du moment que vous ne faites pas ce que vous dites, ici vous pouvez tout dire.

29
NOV 15

Me faire la peau

Il est bien vieux mon blog, il a 8 ans et demi. "Lâche-le et investi dans un autre ! Tu as tellement changé !" me lancent parfois ceux qui voudraient mon bien.

Mais depuis ma toute première note  c'était sur l'éloge de l'intimité – il a aujourd'hui plus de 500 billets en ligne mon blog, et c'est comme un journal intime pour moi, alors je veux pas l'abandonner, même s'il est vintage.
Il y a aussi les VRP de la techno qui me spamment ou forcent ma porte pour lui faire la peau neuve, pour qu'il soit
Responsive design compatible mobiles & tablettes ; et pour améliorer mon référencement alors.

Mais moi, je cours pas après le référencement et puis il me faut du temps pour changer. C'est pas que je résiste à l'obsolescence programmée, là, c'est que j'étais encore en pleine transhumance par ailleurs. 

21
NOV 15

Comme un divan à moteur

"Ah ! Mes parents avaient la même !" il te dit quand tu ouvres la portière de ta voiture que t'as garée à l'ombre des marronniers, là, juste à côté du marché.

Et toi aussi tes parents avaient la même, une Simca 1300. Eux, c'était un break, parce qu'avec cinq enfants on était une famille nombreuse et l'autre jour t'as réalisé que si tu ajoutes ton père et ta mère ça faisait sept en tout. C'est énorme quand même ! Et en plus, comme ta mère était nourrice agréée il y avait toujours plein d'autres enfants dans la maison. Même si c'était pas ta sœur et tes frères tout ça a dû rajouter à ta frérocité.

Et elle était beige leur Simca, beige clair ; exactement de la même couleur que celle que t'as achetée cet été. Et c'est pour ça que quand tu l'as aperçue sur la route de Sens à Soucy, chez Dépann'89, t'as voulu l'échanger contre ta vieille 206.

 

19
NOV 15

Encore allongé

 Je vais prendre quelques jours de vacances pour aller avec Eva au soleil, c'est son anniversaire, et alors je ne serai pas là pour la séance de jeudi soir, mais je vous paierai bien sûr puisque c'est la règle, même si c'est abusif, je trouve.

J'ai dit ça comme ça, d'un trait, un peu avant la fin de la séance. Mais cette fois-ci j'ai choisi de lui dire ça encore allongé parce que la dernière fois, je voulais aller à une conférence qui tombait pile poil aussi à l'heure du divan et je lui avais lancé ça debout en partant, face à elle et sur le seuil (cet entre-deux, entre le divan et sa porte, elle dit que c'est un "espace transitionnel" et moi ça m'inquiète un peu cet espace-là parce que je perds mes repères alors). 

08
NOV 15

Voyages sans frontières

« Voulez-vous prendre pour époux le même homme que votre mère ? (NDLR : enfin, le même genre d'hommes)
Et vous, voulez-vous prendre pour épouse, etc, etc… »

Il paraît que j'ai dit ça à la séance d'avant me confie, en aparté, l'une des étudiantes du Master Coaching. J'ai pas dit ça comme ça mais c'était l'idée (genre "Quand on aime, inconsciemment, on aime retrouver du même, du même que papa-maman. Et pour ça, on choisit un compagnon, ou une compagnone, comme l'un ou l'autre, ou un mélange des deux.")

Et l'étudiante-coach, là, elle a scénarisé ça en mode cérémonie de mariage. Cette idée l'a beaucoup marquée, elle me dit, parce qu'elle a réalisé qu'elle avait choisi un homme genre "tout le contraire de l'homme de sa mère" (NDRL : que son père donc), mais "à la fin, c'est revenu au même."

C'était vendredi soir à la fac pour la 2ème séance de supervision en groupe, sur le fil des associations libres toujours, et sur le thème : Sur un air de famille, résonances & jeux de transfert.

J'ai proposé de voyager en duo, à travers l'espace et le temps. A saute-frontières alors.

Là, en partage, mon topo pour cette séance. Et puis à la fin de ce billet un bonus inédit aussi.

 

24
OCT 15

Là, tu fais plus ton malin

Mais comment vous faites pour vous verser un salaire ? elle te demande.

C'est ta nouvelle conseillère clientèle pro qui te demande ça parce qu'elle a sous les yeux la liasse fiscale de ton année d'avant et alors toi tu te dis que tu vas peut-être devoir lui expliquer pourquoi tu te verses pas de salaire quand t'es en profession libérale. (Mais tu sais bien que pendant très longtemps toi aussi, même quand t'es devenu indépendant, t'as encore voulu te verser un salaire, comme quand t'étais consultant en cabinet. Et tu faisais ça chaque mois, jusqu'au jour où, - il y a pas si longtemps - , t'as enfin compris qu'en faisant ça tu payais un paquet de charges à l'URSSAF, au RSI, à la CIPAV (tu fais pas trop la différence) et plein d'impôts aussi.

– Comment vous faites pour vous rémunérer, je veux dire ? elle change un peu sa question parce qu'elle voit bien la tête que tu fais quand tu rumines, quand tu pars sans elle dans les dédales de ton histoire intime.

Et l'instant d'après, tu recafouilles, tu t'emmêles un peu les pédales, parce que tu évoques un peu ton métier et elle te demande :

– Mais ceux qui viennent vous voir, pourquoi ils viennent voir un psychiatre ?

Tu te dis que cet instant-là ça ferait un bon tweet mais là tu t'encafouilles parce que l'assistante de cette jeune banquière, quand elle a voulu prendre ce rendez-vous, elle t'a aussi un peu questionné sur ton métier : "Mais c'est quoi un coach ? Y en a plein ! Ça veut tout et rien dire !"

20
OCT 15

C'est presque l'hiver

L'autre matin, j'allais acheter des croissants ou des crêpes peut-être (je savais pas trop encore ce que j'allais choisir), et soudain sur le chemin je vois une immense affiche avec le mot VAGGINS.

C'est écrit comme ça sur la vitrine de la pharmacie : en majuscules, avec deux G et au pluriel. C'est quand même trop bizarre je me dis que l'apothicaire ait écrit ce mot comme ça, au pluriel et avec une faute (les deux G). Et en plus c'est à l'encre verte et sur fond bleu ; ça va pas du tout avec ce mot-là ces deux couleurs. Esthétiquement, je veux dire. Il doit y avoir un bug ? (je sais bien qu'à l'heure des croissants, je suis encore sur la fréquence des rêves mais, là, je suis bien réveillé.)