01
NOV 09

Pensées éphémères

En séance, une résonance secrète, une émotion innatendue surgissent. Il croit pouvoir les retenir. Comme s'il avait peur des policiers du coaching ! Elle, devant lui, devine quelque chose d'inconnu, d'important pour elle. Alors elle l'invite à jouer aux gendarmes et aux voleurs.
 

27
OCT 09

Vulnérable et surdouée

Il était une fois une jeune femme vulnérable et surdouée. Vulnérable car, pour venir au monde et grandir, elle avait choisi des parents qui avaient posé le sceau du secret sur leur histoire ancienne et leurs blessures. Des blessures de l'âme et du cœur, de l'amour et du rejet.
Le secret fermait l'accès à des racines profondes et des sources vivifiantes où se mêlaient le sang noir des esclaves et le sang bleu des nobles.
Elle était surdouée car les blessures de l'amour donnent aux relations une saveur familière que, dès le premier souffle, les enfants savent deviner. Une saveur douce-amère qu'ils apprennent à goûter sans jamais s'empoisonner. L'enfant en grandissant a voulu prendre soin des maux cachés et des paroles informulées. Elle a tenté de soigner ses parents et sa fratrie. Mais en vain car un enfant ne peut jamais vraiment guérir sa famille.
C'est en allant dans le monde que Marie - c'est son prénom - a découvert un antidote aux maux de l'âme. Mais pas tout de suite !

25
OCT 09

La femme à venir

Il est des livres des écrivains dont on tombe amoureux. Beaucoup. Passionnément. A la folie !
Alors, comme la dégustation verticale d'un vin rare et de ses millésimes, le jeu gourmand est de se laisser glisser entre les pages et les lignes de ses romans. Et s'abandonner à l'imaginaire de l'auteur, écouter la musique de son âme
entre les mots et ainsi se rencontrer soi.

Après « La folle allure », découvert dans une maison d'été et de pierre, j'ai aimé savourer un autre roman de Christian Bobin : « La femme à venir ».

 

20
OCT 09

ENTREPRISE mode d'emploi

J'en ai parlé ici à propos du plaisir de s'égarer pour créer et de l'art de changer en entreprise.
L'ouvrage collectif « Entreprise mode d'emploi » dirigé par Emilie Devienne vient de paraître aux éditions Larousse.
Avec un sous titre : « Savoir gérer sa vie quotidienne au travail ». Et une cinquantaine d'articles autour de trois thèmes :

Avoir une relation harmonieuse avec soi-même et son travail.
Trouver sa place.
Connaître les rouages de la vie de l'entreprise… pour ne pas s'y perdre !


Je remercie chaleureusement Emilie pour son invitation à partager cette aventure créative à ses côtés et en compagnie de confrères, coachs, psys et consultants.

Je publie ici le chapitre que j'ai aimé écrire et qui conclut l'ouvrage : « Faire face au changement ».

 

15
OCT 09

Comme au jardin

J'aime arriver en avance à chaque séance. Mon amie avocate me loue un bureau libre de son cabinet. Je sonne. C'est sans doute Aurore, son assistante, qui va ouvrir.

vous préférez sonner plutôt que prendre les clés. Deux notes métalliques et légères. Comme un point d'exclamation dans le silence. Je viens vous ouvrir. Echange de sourires. « Votre cliente est là » dis-je. Un nuage passe dans vos yeux. Vous ne pourrez pas contempler le ciel aujourd'hui. Debout contre la fenêtre ouverte, toujours en silence, comme un rituel.
« Elle arrive en retard d'habitude » dites-vous en poussant la porte derrière vous. Et là maintenant, dans le couloir, vous semblez hésiter. Votre sourire revient, avec un merci sur les lèvres, quand je dis : « J'ai préparé un plateau et mis de l'eau à chauffer pour vous deux. »

10
OCT 09

Rencontre avec Raynald FAURE

Quand nous nous sommes rencontrés, nous avions à peine 20 ans.
Au fil des années, la complicité des premiers instants s'est transformée en amitié. Aujourd'hui, autour d'un Saint-Julien ou d'un thé et des saveurs gourmandes d'un maître pâtissier renommé, j'aime partager avec Raynald des moments épicuriens, des conversations philosophiques et
des instants de vie sensibles.
J'aime aussi échanger sur notre métier pratiqué comme un art. Un art du travail sur soi et de la rencontre.

Rencontre singulière avec Raynald, complice et ami, coach et artisan de la rencontre avec soi.

 

08
OCT 09

Coaching en direct à l'AP-HP

Lors des "Rencontres du management" à l'AP-HP, Bruno DEPORCQ, animateur du coaching au sein de cette institution, a choisi de conjuguer un "coaching en direct", les interventions du responsable du coaching à la RATP et d'un coach à HEC ainsi que le témoignage d'une directrice d'hôpital.
La séance de coaching en "live" a été enregistrée ; elle est retranscrite ici avec les éclairages des deux intervenants : André de Châteauvieux et Valérie Herpet, coachs de dirigeants et de managers.


04
OCT 09

Ego trip

Accompagner les dirigeants ou intervenir dans le secteur social, écrire des livres ou pratiquer le coaching solidaire, enseigner à l'université ou créer son école pour faire école, si le coach fait du « souci des autres » son métier, c'est aussi parce qu'il a le souci de lui-même. Consciemment ou non.

Et lorsqu'il assume ce besoin, il nourrit son ego ailleurs qu'en séance. Il sait alors inviter chaque client à parler à la première personne du singulier. Sans faux-semblants ni ego trip.

27
SEP 09

Un diplôme qui délivre

« Délivrer un diplôme qui délivre du besoin de diplôme ! »
C'est l'ambition, un brin iconoclaste, que Thierry Chavel dessine pour le Master Coaching de Paris 2. C'était jeudi soir, lors du lancement de la promotion 2010. Un millésime sous le signe de la nouveauté et de l'expérience.

La nouveauté car c'est le premier diplôme d'Etat consacré au coaching et de niveau Bac+5. Avec aussi,
depuis la création du diplôme universitaire en 2002, l'expérience vivante d'une communauté d'apprentissage - intervenants, tuteurs et étudiants - réunis dans un esprit d'universalisme « sans prosélytisme ni enjeu marchand ».

20
SEP 09

Le coach, grégaire ou solitaire ?

Quand le coach s'élance dans le monde, deux désirs opposés semblent le tirailler : créer sa niche ou se nicher dans la tribu de coachs, penser sa marque personnelle ou se fondre dans une école de pensée, cultiver sa singularité ou la grégarité.
Il avance alors cahin-caha, dans la solitude choisie ou subie, tantôt dopé, tantôt désemparé. De coups de foudre en divorces, de créations personnelles en partenariats éphémères, d'actions commerciales isolées en « amitiés » numériques, payantes ou gratuites, par dizaines ou centaines à travers les réseaux sociaux.
Parfois blessé, souvent épuisé, il hésite alors entre
la sous-traitance, le monde de la formation ou le retour à son ancien métier.

Et, pourtant, d'autres coachs semblent éviter l'angoisse de solitude et les pièges sournois de la fusion. Ceux-là cultivent leur jardin, vivent l'abondance sereine,
dansent avec la vie, se relient par affinités électives, créent et co-créent, comme avec chaque client, à l'écart des modes et des rapports de force. Comme des artisans et des compagnons passionnés par leur métier.

Qu'est-ce qui fait la différence ? Quels ressorts nous tirent à hue à dia, d'un côté ou de l'autre ? Quelle est notre relation au groupe ? Quelle histoire familière rejouons-nous ici ? Où trouver la source de notre singularité pour co-créer et nous développer en continu ?

Si ces thèmes font écho à vos questions de rentrée, Anna PIOT et moi serons heureux de vous rencontrer et cheminer ensemble, en duo, avec nos différences et nos résonances.
Nous vous donnons rendez-vous le 3 novembre matin, au cœur de Paris, dans un espace propice au travail en groupe de pairs.

 

17
SEP 09

L'art de changer

Peut-être l'avez-vous remarqué, depuis quelques jours, le site web www.art-de-changer.com avec ses offres packagées, le patois technique parfois, les témoignages de clients, ses références dédiées à l'entreprise, tout ça a disparu ! Et l'adresse est redirigée vers le blog.

13
SEP 09

Comme une carte gourmande

Je vous invite à découvrir le programme des conférences NLPNL comme la carte d'un restaurant gourmand. Une carte de rentrée conçue par Andrée ZERAH qui a la passion des rencontres singulières et le goût du partage.

Alors, laissez d'abord vagabonder vos pensées autour des thèmes inédits. Découvrez ou retrouvez des intervenants passionnés par leur métier. Et pour choisir, une soirée, une journée ou plus, laissez vous guider par vos résonances et vos envies.

01
SEP 09

Chasseur ou jardinier

Peur de manquer, appréhension des périodes de « vaches maigres », angoisse face au vide…
Autant de sources de spleen pour le coach indépendant, happé par l'envie de planifier son business contrôler le futur, tiraillé par le désir d'avoir…
Clins d'œil, questions et retours d'expérience entre coachs pour traverser ces
désirs, ces peurs, ces désirs.