26
MAI 10

L'obscur et le doux en soi

Une taupe dans le jardin. C'était l'année dernière, à l'orée de l'été aussi. J'avais aimé la sortir d'entre les griffes du chat et lui éviter ainsi une mort cruelle. Plaisir inédit de la tenir un instant de grâce blottie au creux de mes mains. Mais, aujourd'hui, elle ou sa sœur jumelle a quitté les profondeurs de son labyrinthe secret. Elle est venue s'échouer à fleur d'herbe, au soleil.

25
MAI 10

Quand le requin dort

Sensuel : « Chaque fois que tu parles avec moi de ta vie, j'ai l'impression de vivre la même vie que toi. Chaque fois que tu danses avec moi, j'ai l'impression ensuite d'avoir ta peau et non plus la mienne. Je regrette que l'amour ne soit pas seulement une question de phéromones, parce que alors je pourrais prendre simplement une douche, et tu partirais. Mais tu ne t'en vas pas. »

 

23
MAI 10

Un objet précieux

C'est elle qui maintenant aime m'initier à des jeux inédits. Elle, c'est la femme au ruban dans les cheveux qui, de séance en séance, a perdu le goût des rapports de force.
Son besoin de jouer surgit au moment de clore. Comme si la cloche avait soudain sonné et qu'elle me tirait par la manche dans la cour de récréation. « Je vous invite à choisir un objet personnel, me dit-elle. Un objet vraiment précieux pour vous. »

19
MAI 10

Bad trip

Dans la volière blanche, à côté d'elle, les perruches lancent des cris stridents et s'abîment les ailes contre les barreaux.
Elle, c'est peut-être la prof de danse, se dit-il. Debout, au milieu des orchidées, cette femme ressemble à une magicienne du temps passé. Elle l'observe, curieuse et silencieuse.
Il lui raconte son coup de cœur pour l'atelier du dernier étage.

17
MAI 10

Après la séance

Illusion de coach que d'imaginer que la relation s'interrompt entre deux séances ?
Questions et tentatives de coachs pour contenir l'élan des clients, parfois, dans l'après séance !

12
MAI 10

Rencontre avec Eva Matesanz


La première fois, elle m'a proposé de nous rencontrer à l'heure du thé, au cœur de la vallée verte où elle habite aussi. SurEpris par sa manière de choisir ainsi le moment et le lieu, je me suis laissé faire un instant. « Juste un instant » ai-je pensé alors. Et j'ai découvert qu'elle aimait aussi écrire, peindre, ajouter des fleurs à ses robes...

C'était cet hiver et, depuis, Eva a créé son blog et plusieurs hubs sur Viadéo ; elle réunit autour d'elle des coachs, anime des groupes de pairs, des conférences...
Et je l'accompagne en supervision ou, plutôt, c'est elle qui m'accompagne dans l'art de changer les règles établies, de déplacer les frontières, de bousculer les cadres, de confronter les tabous du peuple coach !
Rencontre singulière et auto-psy à quatre mains d'une relation chahutée et créative.

09
MAI 10

Sans preuve hélas

C'était un dirigeant qui venait d'une tribu aux mœurs réputées guerrières. La rumeur racontait que c'était un HiPo Haut Potentiel recruté pour son leadership et son art de conquérir de nouveaux marchés.
Pendant les premiers mois, chacun dans son équipe, inquiet, l'observa déployer son étrange artillerie aux appellations contrôlées : évaluations à 360°, profils Process Com ®, war rooms…

07
MAI 10

Désirs et interdits en coaching

Désir d'amitié ou de tendresse, élan amoureux ou agressif, mouvement secret ou partagé… De la première rencontre à la clôture, les jeux transférentiels s'invitent à chaque séance et animent en profondeur la relation entre le client et son coach.
Pourtant, bien souvent, le coach laisse à distance ou dans l'ombre cette matière précieuse, source de changement puissante lorsqu'elle est nommée et mise au travail. À distance, par peur sans doute de ce qui surgit en lui et se trouble alors.
Et dans l'ombre, par interdit peut-être ; car le désir est souvent réduit à la sexualité et reste un tabou en coaching. Ainsi, rares sont les écoles pour comprendre ces élans ou ces répétitions familières qui parlent de défenses ou de manques, d'histoires inachevées et de besoins essentiels du client.
Rares aussi les espaces pour s'initier à l'art de démêler ce qui se joue en soi et en coulisse, contagion émotionnelle ou réveil d'une mémoire ancienne et personnelle.
Alors, comment reconnaître ces jeux implicites ? Quel cadre pour les mettre en mouvement et ainsi les dénouer avec chaque client ? Jusqu'où utiliser ses résonances personnelles dans ce travail ?

Si ces thèmes font écho à vos envies de l'été, Marie-Pascale MARTORELL et moi vous invitons à un atelier inédit et sans tabous le mercredi 23 juin après midi.

02
MAI 10

Le coeur cousu

Je suis entré dans ce livre comme on part en voyage. Et ce voyage-là a la saveur des fables et du rêve.
Il parle tout à la fois de la caresse et de la blessure du temps, de l'amour et de la mort, de la poésie et de la cruauté de la vie.

Un livre pour voyager, ici ou ailleurs.

Le coeur cousu. Carole MARTINEZ. Folio. Mars 2009
 

25
AVR 10

Vacance poétique

Laisser ici le jardin faire l'amour avec le printemps. Savoureusement. Sans retenue.
Et demain, à l'orée du jour, partir vers La ville aux cent clochers.

Au programme l'improgrammé, le plaisir de s'égarer, la bonheur de concerts et de huis-clos gourmands, l'attention aux moments de grâce en compagnie de la vie…


20
AVR 10

C'est quoi un coach ?

C'est l'un des tous premiers « instants vidéo » tournés avec Stéphane. Un instant complice, sur des chemins buissonniers, en écho à une question de mon voisin médecin

18
AVR 10

Rencontres

« Je souhaite la bienvenue à chacune et à chacun. Et, plutôt que le tour de parole rituel, avec pedigree personnel ou météo du jour, je vous propose de commencer cette matinée dans le silence. Un silence intérieur pour se rencontrer. Se rencontrer soi, par le détour de l'autre. Et rencontrer l'autre, par le détour de soi.
Alors, je vous invite à vous lever. Puis sentir vos pieds posés sur le sol, bien à plat, comme un ancrage dans la terre. La tête vers le ciel, comme reliée par un fil invisible, sans forcer. […] »

C'est ainsi que j'ai aimé commencer cette nouvelle journée NLPNL sur le thème « L'outil du coach, c'est le coach ». Un atelier animé comme une promenade avec des rituels empruntés à d'autres tribus.

11
AVR 10

De l'encre sur le divan

Et si aller et venir, du fauteuil à la table d'écriture, de l'écoute de la parole au surgissement des mots sous la plume, relevait du même élan intérieur, du même mouvement de « mise en présence ».
C'est à ce voyage que nous convie François Gantheret, écrivain et psychanalyste, dans son essai : La nostalgie du présent. Psychanalyse et écriture, paru aux Editions de l'Olivier.
Un voyage intime et poétique. Un livre qui invite à « tenir dans le creux de sa main un peu de temps, et y demeurer par miracle. »