27
NOV 07

Thérapie pour adunaissante ?

J'ai partagé ici l'inquiétude et aussi la confiance qui m'habitaient juste avant que Charlotte ait son bac. Moment d'émotion et aussi premier rituel moderne pour "aller dans le monde"…
J'ai reçu récemment une "demande d'aide" pour une adolescente, une jeune fille de 18 ans : comment trouver un thérapeute comportementaliste pour que cette jeune femme "trouve sa voie" ?
Voici notre échange.

De : Agathe
Envoyé : jeudi 22 novembre 2007
À : André de Châteauvieux
Objet : Besoin d'aide...

Je recherche de l'aide pour la fille d'un ami, et je vous serais très reconnaissante de me dire comment elle pourrait trouver cette aide ?
Elle a 18 ans, elle a commencé une licence d'anglais mais, au bout d'un mois, elle a tout laissé tomber et elle veut s'en aller au Québec et y trouver un travail.
Pendant toute sa jeunesse elle a fait des compétitions de tennis à un haut niveau, qu'elle aimait beaucoup, mais elle semble ne plus y tenir.
Sa mère réagit aujourd'hui d'une façon violente, sans aucun résultat.
Son père, plus calme, tente de lui faire entendre raison. Rien n'y fait. Il pense qu'une thérapie comportementale et cognitive pourrait l'aider et lui permettre de trouver sa voie.
Pourriez-vous avoir la gentillesse de me dire où il faudrait qu'elle s'adresse ?
D'avance je vous en remercie vivement,
Agathe

22
NOV 07

De la plainte à la compétence

Les GAPs ou "Groupes d'Analyse de Pratiques" sont une belle source d'innovation pour notre métier de coach et pour nos clients.
Pour le coach, c
'est une source de renouvellement en continu : cocktail de coaching individuel, de supervision et de coaching en groupe, la formule bouleverse les frontières entre ces domaines, chahute le praticien et son "cadre de référence", mobilise sa capacité de co-créer avec un groupe…
C'est aussi une source d'innovation pour nos clients, dirigeants ou managers, qui cherchent d'autres formes de développement : au-delà des formes connues (formation, conseil, échange de "bonnes pratiques"), le GAPs est "simplement" un espace ressource qui permet de ralentir un instant, sortir de l'illusion de perfection, retrouver du sens en groupe de pairs…

J'accompagne aussi des médecins avec cette démarche et sur un champ bien complexe : les plaintes des familles de patients âgés… Plaintes contre le corps médical après un décès, conflits avec l'institution face à l'inéluctable : la vieillesse, la finitude…

Des situations toujours délicates, douloureuses, qui peuvent aussi susciter un nouveau regard, de nouveaux apprentissages...

10
NOV 07

Qu'y a-t-il dans le sac d'une femme ?


La métaphore du deuil est souvent au cœur des démarches de changement et de coaching ; pour guider son client, l'expert utilise ici le modèle d'Elisabeth Kübler-Ross, cette psychologue américaine qui accompagnait les personnes dans les derniers instants de leur vie.
Guider un client
dans le changement avec cette métaphore, c'est parcourir avec lui un "chemin de croix" douloureux, du déni et de l'abattement vers l'acceptation.
J'ai raconté ici comment naissent alors les histoires qui tuent l'envie de changer… Et j'ai partagé ailleurs comment ce modèle nourrit l'illusion de "maîtriser" une dynamique pourtant 100% naturelle, vivante et qui ne se laisse pas faire !
Avant la mort, il y a la vie... Et il y a une autre énergie dans l'art de changer : l'en-vie, le désir, le plaisir...
Quand un client est au contact de son désir, son entourage est chahuté, son coach est déboussolé...
Car il n'y a pas de mode d'emploi du désir ! Il "suffit" de le vivre pleinement, en conscience, le cultiver à sa source... Et si le coach se laisse bousculer, toucher, il plonge alors dans des instants de grâce...

Voici l'histoire d'
Amélie, jeune femme pétillante qui voudrait devenir manager…

27
OCT 07

Deviner ce qui est en devenir

Ecrire une proposition de coaching pour un nouveau client, c'est écrire une histoire ! Les prémices d'une nouvelle histoire…
C'est
susciter un autre regard, deviner les pistes qui s'ouvrent, éclairer ce qui est déjà en devenir…
Car les dirigeants se racontent des histoires ! Des histoires qui les mènent "au bord du gouffre", comme nous parfois ! (Lire L'entreprise sur le divan - Répéter ou se libérer).
Alors, quand un nouveau client me sollicite pour sortir de l'impasse, avec son codir ou ses équipes, nous détricotons
d'abord le fil de son "histoire dominante", de son scénario préféré pour changer…
Je partage ici, avec vous, le début d'une proposition pour un groupe de presse confronté aux transformations de son marché : Que faire quand le premier pas dans le changement provoque rejet et résistance ?!
C'est aussi le début d'une autre histoire possible où la "menace du changement" laisse place au "désir" de pionniersoù le "manager-journaliste" est un métier singulier… où le besoin d'indépendance est aussi une source pour découvrir les habiletés de chacun… où travailler entre pairs peut tisser de nouveaux liens…
Et ce sera peut-être une nouvelle avancée dans l'univers
du coaching tribal, coaching en groupe de pairs ;-)

17
OCT 07

Répéter ou se libérer ?

« Amédée avait toujours été un enfant très gentil. Un peu trop obéissant peut-être, soucieux d'être comme il faut, jamais en retard, cahiers propres, chemise boutonnée. Curieusement, ce conformisme l'a désocialisé. Il n'aimait pas sa mère et ne pouvait s'en dégager. Son adolescence est devenue douloureuse d'ennui car il était soumis à cette femme qui s'occupait de tout avec tant de compétence qu'elle effaçait, sans le vouloir, son fils et son mari. Jusqu'au jour où Amédée, pour se sentir plus fort, a décidé de l'affaiblir. […] »

C'est un extrait d'un livre de Boris Cyrulnik : Parler d'amour au bord du gouffre (Odile Jacob, 2004).
Passionné par l'énigme de la "répétition" qui nous conduit à rejouer des scénarios de vie pourtant douloureux (des clients, des amis, moi aussi parfois !), j'ai découvert ce livre qui montre comment la "répétition n'est pas une obligation !"
Dans ce livre étonnant et sensible, Cyrulnik développe ses travaux sur la résilience, analysée ici comme "le refus de se soumettre aux discours des contextes familiaux, institutionnels ou culturels qui prophétisent le malheur".
Ainsi, l'adolescence et aussi la rencontre amoureuse représentent une "période sensible", un tournant propice pour modifier des représentations négatives de soi, remanier les apprentissages relationnels, transformer le style affectif...
Lire la suite du récit d'Amédée et son "travail de dégagement" pour créer une histoire alternative avec
ses ressources, son entourage...

11
OCT 07

Comment l'entreprise nous change

L'entreprise est une scène propice à la mise en actes de nos symptômes : pouvoir, compétition, frénésie, solitude…
En cette rentrée, la presse, la télé et le cinéma se font l'écho de ces désirs de toute-puissance et des nouvelles formes d'impuissance au travail…
"Comment l'entreprise nous change" ! C'est le dossier du magazine Enjeux les Echos d'octobre :
Les dirigeants rêvent du cadre idéal et, pour y parvenir, cherchent à façonner le physique et le moral de leurs salariés. Rester soi-même au travail ? Mission impossible.
Au sommaire :
Personnalité : Les carrières formatent les caractères
Performance : La DRH exige des cadres "zéro défaut".
Analyse : Le travail, lieu où s'abîment les identités.
Avec l'interview de Jean-Claude Kaufmann : "Le salarié se construit dans les interactions quotidiennes avec ses collègues , ses chefs". Christophe Dejours : "La nouvelle organisation du travail a fait surgir des pathologies de la solitude". Richard Sennett : "La didacture du court terme a des conséquences néfastes sur les relations aux autres"

05
OCT 07

Artisan du non-savoir

Si, pour vous aussi, l'art de changer rime aussi avec l'art d'apprendre alors voici une découverte et des astuces, dans le champ de la "formation".
Des astuces à classer aussi dans la rubrique délicieux paradoxes de la rentrée.

Un groupe leader dans l'univers du luxe m'a demandé d'animer une "formation de formateurs occasionnels".
Les participants sont des Key Users SAP des managers d'équipe chargés de déployer un progiciel de gestion intégré ; ils sont dédiés au projet pendant plusieurs mois et accompagnent leurs équipes dans ces changements : nouvelles logiques pour piloter les flux industriels, évolution des métiers…
J'ai regardé cette demande inédite comme un nouveau clin d'oeil de la vie !
28
SEP 07

L'entreprise sur le divan

Le magazine Newzi de septembre nous fait découvrir un "psy d'entreprise" : Didier TOUSSAINT qui "analyse" les névroses de grandes entreprises françaises (Renault, FNAC, Club Med…), les "nœuds pathologiques" et l'irrationnel dans des organisations performantes, en écho au roman personnel de leur père fondateur, de leurs dirigeants…


17
SEP 07

Quels outils pour le coach ?

Je vis en cette rentrée de délicieux paradoxes : au cœur de chaque séance, je me sens plus démuni et vulnérable ; et mes outils de coach ne me semblent ici d'aucun secours ; bien au contraire parfois !
Et, en même temps, lorsque j'accède sans résistance à ces espaces intimes où j'ai posé l'étiquette "fragile", "interdit" ou "secret", alors mon client découvre des ressources inédites et créatrices, une plus grande liberté d'être...
Bien sûr, j'ai appris à l'école du coaching que "le coach est son propre outil". Mais j'ai d'abord voulu me nourrir à diverses écoles théoriques, avec de nouveaux modèles. Un besoin insatiable qui m'éloignait de moi-même…
06
SEP 07

Tout dans la tête ?

Je me surprends parfois à suggérer à mes clients d'expérimenter le yoga ou bien de s'offrir une séance de massage et plus si affinités avec soi-même !
J'avance ici avec précaution, car il n'y a pas de demande explicite. Et mes clients appartiennent à des univers bien rationnels et où l'urgence est parfois un style de vie Et, en même temps, je perçois mon interlocuteur comme enfermé dans sa tête, coupé de ses émotions ou de son corps...
26
AOU 07

Récits de divan

J'aime les livres qui racontent des histoires : les histoires donnent forme et sens à l'expérience humaine et permettent d'apprendre, simplement, comme par imprégnation...
"Récits de divan, propos de fauteuil" est un livre sur la psychanalyse qui se lit comme un roman car ce sont ici les "clients" les patients qui parlent à la première personne et nous confient leur histoire, leurs maux de l'âme, leurs découvertes...
Un livre co-écrit par une journaliste spécialisée en psychologie, Sophie Carquain, et une psychologue clinicienne, Maryse Vaillant.
Original, passionnant, sans jargon et d'une belle qualité dans sa conception, son propos et son écriture.
03
AOU 07

Vacance

Je pars en vacance
Le mot conjugué au singulier invite davantage à la vacuité ;-)
Je vous souhaite un doux et délicieux mois d'août
Au plaisir d'é-changer à la rentrée…
André
01
AOU 07

Désirez-vous m'accompagner ?

C'est une question qui surgit parfois à la fin d'une première rencontre. La question me cueille par surprise et pointe une hésitation encore informulée.
A la recherche de son coach, le client perçoit ce flou et questionne alors sans détour.
Mon hésitation est le signe d'une résonance, d'une projection ou d'un jeu transférentiel que je ne sais pas encore reconnaître.
Je sais seulement, à cet instant, que ce client-là vient chatouiller des démons personnels.
Partons à la rencontre de quelques diables…